La garantie jeunesse

Viser à lutter contre le chômage des jeunes de moins de 25 ans, l’Union européenne a agi en proposant au travers de la garantie jeunesse une offre de qualité, pour un emploi, un apprentissage, un stage ou une formation continue adaptées aux besoins de chacun.

Ce sont les régions qui sont responsables de la gestion de ce fond européen.

Le fond européen d’investissement stratégique (FEIS)

Après de nombreuses semaines de négociations, le Parlement européen vient d’adopter sa position sur le FEIS. Ce fond est au coeur du plan d’investissements dit « Juncker » de 315 milliards d’Euros.

L’Europe doit abandonner l’austérité et au contraire investir.

Victoires:

-Ce fond n’affectera pas Horizon 2020 qui soutient la recherche fondamentale.

-Il y aura un contrôle démocratique de la Banque européenne d’investissements et de la Commission.

-La création d’emplois et la transition énergétique sont des critères prioritaires.

-Amélioration de l’accès au Fond pour les PME.

 

Les négociations avec le Conseil (les ministres du secteur de chaque État membre) commenceront donc sur cette base.

 

Le TTIP et l’ISDS

Je me positionne contre l’ISDS, un mécanisme de règlements privé des conflits entre multinationales et États.

Je crois en la souveraineté juridique des États et à son indépendance sans mécanisme supplémentaire.

Sur le TTIP, je souhaite que l’on reparte à zéro sur les négociations entamées lors du précédemment mandat puisque aujourd’hui nous avons une nouvelle commission européenne et un nouveau Parlement européen.

 

Conflit Israëlo-Palestinien, la paix ne sera pas possible sans l’appui international.

En visite dans les territoires occupés, les 17 – 18 et 19 mars 2015 j’ai rencontré plusieurs acteurs qui ont témoigné de leur quotidien dans une ambiance plus que tendue.

Elle l’était d’autant plus qu’au lendemain des résultats électoraux, les israéliens avaient placé Benjamin Netanyahu premier des suffrages exprimés. Pour les palestiniens les dés sont jetés, Israël ne veut pas d’un Etat Palestinien. Cette inquiétude se fonde sur les déclarations du Premier Ministre qui, la veille du scrutin, déclarait : « Si je suis élu, il n’y aura pas d’Etat Palestinien. » Aux yeux des palestiniens, Benjamin Netanyahu enterrait publiquement et à la face du monde le processus de paix.

Ce qui faisait dire aux différents interlocuteurs que les palestiniens ne peuvent plus attendre le réveil de conscience du peuple israélien. L’appui international, et surtout celui de l’Europe, est indispensable. Ce peuple espère encore, il veut croire en une solution diplomatique mais le temps presse. Cela fait 70 ans qu’il attend des résultats, il n’attendra pas 70 ans de plus.

Les palestiniens veulent prendre leur destin en main, maintenant. Ne plus attendre. Ils n’en peuvent plus d’attendre qu’Israël cesse de piller leur ressources naturelles et financières (blocus des finances palestiniennes). De voir les colonies illégales se propager de jour en jour et gaspiller toujours un peu plus les territoires palestiniens. Ils n’en peuvent plus des check-point tenus par des soldats qui ne respectent rien ni personne et où la violence fait partie de leurs attributs. D’assister, impuissants, à la mort de patients dans les hôpitaux israéliens faute de moyens pour payer des soins.

Ils ne supportent plus les incursions des policiers israéliens en Cisjordanie (Ramallah) alors qu’ils n’ont aucun droit. Ils sont meurtris par les destructions à répétition de Gaza avec ses militaires de victimes dont beaucoup d’enfants. Ils pleurent de désespoir et de colère de voir Jérusalem Est vidé de ses habitants par la force et les expulsions agressives et non fondées. Le tout sur un discours très agressif de Benjamin Netanyahu qui parle de « stériliser les routes palestiniennes ».

L’Europe doit agir !

L’union européenne doit sortir des discours incantatoires et poser des actes. D’autant que l’ensemble des partenaires palestiniens rencontrés (des ONG aux autorités palestiniennes en passant par l’OLP) souhaite que l’U.E. joue un rôle important dans les négociations de paix.

Martin Schulz, François Hollande et Angela Merkel ont joué un rôle important en Ukraine, pourquoi ne pourraient-ils pas faire de même pour la Palestine ?

Le Parlement Européen pourrait, à travers une résolution, forcer la main à la Commission et au Conseil pour lancer une enquête sur le respect de l’Accord d’Association avec Israël, par exemple. C’est un moyen qui peut s’avérer efficace pour obliger Benjamin Netanyahu à rouvrir des négociations de paix lorsque l’on sait que l’U.E. est le premier partenaire commercial d’Israël. Mais pour cela, il faudrait une volonté politique de la faire, un certain courage même, une soif de paix.

De l’avis de tous ces palestiniens rencontrés, Israël essaie de transformer ce conflit en conflit religieux alors qu’il n’en est rien. Si tel était le cas, Benjamin Netanyahu devra en assumer toute la responsabilité. L’Europe aussi ? A suivre…

Sur le terrain…

Depuis le début de mon mandat et comme je m’y étais engagé pendant la campagne pour les élections européennes, il me tient à cœur de me rendre dans ma circonscription afin de rencontrer les militants qui m’ont soutenu, mais aussi les acteurs locaux sur le territoire « Grand est ». Ces déplacements se poursuivront durant toute la durée de mon mandat dans tous les départements qui forment la circonscription afin de maintenir un lien et des échanges fructueux avec les fédérations. Je tiens à rendre compte de mon mandat et présenter régulièrement mon travail et mes combats au Parlement Européen.

Chacun de mes déplacements a été l’occasion de rencontres et d’échanges qui m’ont permis de nourrir mon activité de parlementaire : à Reims (51), Vitre le François (51), Metz (Mois de l’Europe, Assemblée Générale de l’AFPS – 57), Luxembourg, Mulhouse (68), Benheim (Visite de l’entreprise Roquette – 67), Strasbourg (Débat aux côtés du Docteur Mukwege [Prix Sakarov 2014] / Bulli Tour / Point Europe à l’invitation du MJS 67 – 67), Natzwiller (Cérémonie commémorative au camp de concentration du Struthof en Présence du Président de la République et du Président du Parlement Européen – 67), Huningue (Visite du site de Novartis – 68), Molsheim (Visite du site Osram – 67), Geispolsheim (Visite du site Data Mailing – 67), Schiltigheim (Visite du site StealCase – 67), Marckolsheim (Réunion Publique de soutien aux candidats dans le cadre des élections départementales dans le canton de Sélestat – 67), Uckange (Inauguration du centre R&D en présence du Président de la République – 57), Troyes (Lux, Festival européen du film – 10), Nancy (Rencontre avec le CNRS – 54), Hayange (Rencontre avec les syndicats de Tata Steel – 57), Thionville (Cérémonie des vœux du Sous-Préfet – 57), Belfort (Rencontre avec les militants du PS – 90), Dijon (Simulation de parlement européen au conseil régional dans le cadre du mois de l’Europe avec des lycéens, visite au lycée Charles de Gaulle & débat avec les élèves des sections européennes, déjeuner de travail sur les fonds européens, rencontre avec les militants du PS – 21), Chenôve (Visite au lycée professionnel Antoine & débat avec les élèves de 3 classes de l’établissement – 21).

Je reste également à la disposition des militants et de mes concitoyens qui seront toujours les bienvenus à ma permanence parlementaire de Thionville, et c’est avec plaisir que je répondrai aux invitations qui me seront adressées.

Débat avec Y.Jadot sur l’énergie au Parlement Européen, à Strasbourg.Débat avec Y. Jadot sur l'énergie (PE Strasbourg)

 

Point Europe avec le MJS67 à Strasbourg, le 29 avril 2015Réunion publique MJS 67 (FEC, Strasbourg)

 

Visite de l’entreprise Roquette à Beinheim (Bas-Rhin)Visite Roquette (Beinheim 67)