Archives de catégorie : Mur d’Expression

3 Mars 2017 : Intervention à l’IUT Charlemagne de Nancy

Vendredi 3 Mars 2017, nous avons eu l’honneur de recevoir Monsieur Martin à l’IUT Charlemagne de Nancy.

En effet , dans le cadre de notre projet tutoré , il a accepté volontiers d’intervenir dans notre établissement afin de nous rencontrer , de répondre à nos diverses questions et de nous expliquer plus clairement son parcours ainsi que son rôle de député européen. Nous avons également abordé ensemble le sujet de l’accord économique CETA qui est au cœur de l’actualité.

Monsieur Martin a réussi à rendre cette conférence très enrichissante, sa façon d’être et sa sympathie ont beaucoup plu aux étudiants. Nous tenons à le remercier encore une fois pour sa disponibilité.

44000 tonnes de déchets toxiques menacent la plus grande nappe phréatique d’Europe, il faut déstocker !!

L’entreprise Stocamine, avec la complicité de l’état va enfouir définitivement 42000 tonnes de déchets industriels dangereux qui pollueront l’air, le sol,  l’eau de la plus grande nappe phréatique d’Europe. Ces déchets sont actuellement stockés dans le fond de la mine Joseph Else à Wittelsheim. La mine s’écroule et s’ennoie. Une enquête publique a eu lieu du 7 novembre au 15 décembre 2016 au terme de laquelle la mine sera fermée et le sujet clos. Pourtant lors d’une consultation publique sous l’égide de la CNDP en 2014, 94% des expressions demandaient le déstockage total. Notre collectif se bat depuis des années pour demander le retrait de l’intégralité des déchets tel que prévu dans l’arrêté d’autorisation d’exploitation de 1997 ( principe de réversibilité).

L’état bafoue le principe de précaution pourtant inscrit dans la constitution française.

Nous avons demandé à Mme la Ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, d’ordonner la seule solution respectueuse de l’environnement et des générations futures : le retrait de la totalité de ces déchets hautement toxiques. Il s’agit notamment de retirer 42000 tonnes de mercure, arsenic, cyanure, antimoine, plomb, pyral et autres métaux lourds.

L’Enquête publique est « relative à une demande d’autorisation de prolongation, pour une durée illimitée, du stockage souterrain en couches géologiques profondes de produits dangereux non radioactifs, dans la commune de Wittelsheim, par la société des MDPA » ex Stocamine : voici l’intitulé de l’arrêté du préfet.

Tous les experts s’accordent à dire qu’il y aura pollution de la nappe phréatique malgré les barrages de béton qui seront posés autour du stockage. Il y aura aussi pollution de l’air et du sol, disent-ils. Il y aura instauration d’une restriction d’usage du sol autour des 5 puits et aucun usage de l’eau ne sera autorisé dans un autre périmètre.

La position du collectif Déstocamine est de dire NON à la demande des MDPA, à savoir : NON à l’enfouissement définitif de ces déchets très toxiques !

Nous remercions notre député européen Edouard Martin pour son intervention par courrier auprès de Ségolène Royal et son fidèle soutien ainsi que les nombreux élus locaux qui ont pris position pour le déstockage total et se sont positionnés dans le cadre de l’enquête publique contre l’autorisation de prolongation pour une durée illimitée du stockage souterrain de ces déchets toxiques.

 

Le Collectif Destocamine

18.11.2016 / Débat Public – Désindustrialisation : peut-on encore lutter pour sauver son emploi ?

© L'imprévu
© L’imprévu

Quand nous avons lancé L’imprévu, nous souhaitions créer un média qui soit en dehors du temps de l’actualité, qui revienne sur des sujets tombés dans l’oubli après avoir été particulièrement couverts par les médias.

Les sujets que vous pouvez lire sur L’imprévu ont tous une histoire, découlent d’une envie, d’un questionnement personnel ou collectif, parfois d’un besoin de comprendre. C’est le cas de nos articles sur la désindustrialisation.

En organisant cette soirée de débats, nous voulions donner corps à ce sujet, et la mission semble remplie : les témoignages que nous ont apportés Christian Lahargue, ancien ouvrier de Continental, et Édouard Martin, ancien ouvrier d’Arcelor aujourd’hui député européen, ont été très forts. Ils ont permis de mettre des visages et des histoires sur ce que les participants voient habituellement dans les médias : des chiffres de plans sociaux et des images de manifestations.

L’équipe de L’imprévu

 

Découvrez « L’imprévu » en cliquant ici !

 

 

** L’imprévu est un site d’information indépendant en ligne dont la rédaction axe ses écrits sur des sujets ayant été particulièrement médiatisés durant un temps puis sont tombés dans l’oubli, ou encore des sujets peu mis en avant sur la scène médiatique. L’un des objectifs de ce média est aussi de permettre le débat et de rencontrer ses lecteurs ainsi que les abonnés. Les sujets évoqués sur le site de L’Imprévu ont une histoire et découlent d’un besoin de comprendre et d’aller plus loin dans les sujets traités dans leurs publications. C’est le cas de plusieurs articles qui ont été publié sur un sujet qui me préoccupe : la désindustrialisation.

Comment les salariés vivent-ils l’annonce d’un plan social, comment en parlent-ils des années après, où en sont-ils maintenant, quel est leur combat ? Bata, Alstom, les Conti, ArcelorMittal et tant d’autres exemples. C’est à ce sujet qu’ils ont souhaité consacrer le premier débat. J’ai donc été contacté par le Journal L’imprévu afin d’y participer, il s’est tenu à Paris le 18 novembre dernier. L’occasion pour moi d’expliquer comment, selon moi –  avec mon expérience passée chez ArcelorMittal à Florange mais aussi avec mon actuel parcours de député européen – il pourrait être possible de peser sur le devenir de l’Industrie en Europe mais aussi en France.

 

 

 

 

 

 

Mirecourt à l’heure européenne !

Le vendredi 1er avril, Edouard Martin est venu à notre rencontre dans notre lycée Jean-Baptiste Vuillaume à Mirecourt, suite à l’invitation de nos professeurs. Devenu député européen, il a acquis en la matière une expérience solide et c’est avec beaucoup de gentillesse qu’il est venu nous en faire bénéficier. De 14h à 16h, les élèves de premières et terminales de la filière sciences économiques et sociales ont pu échanger avec lui et poser des questions très variées. Nous avons pu le mettre à l’épreuve dans des exposés de divers conflits sociaux. Très accessible, très proche des gens, il a partagé sans chichis le canapé de l’auditorium pour répondre à absolument toutes les questions sur son parcours, son travail de parlementaire, ses journées au Parlement et son rythme de vie. Très demandé, il se doit d’être très disponible. Ce fût un moment appréciable et enrichissant, autant pour les élèves que pour les professeurs. Nous avons eu la chance de rencontrer un personnage ouvert au dialogue, sincère et franc : une belle leçon de vie que notre invité semble avoir apprécié aussi. On ne peut que remercier nos professeurs d’avoir organisé cette conférence !  A bientôt peut-être et merci Monsieur Martin !

 

Les élèves du lycée JB Vuillaume de Mirecourt.

Le Conseil Municipal de Moyeuvre-Grande (Moselle) visite le Parlement Européen : Impressions

4 octobre 2016 - Parlement Européen - Strasbourg
4 octobre 2016 – Parlement Européen – Strasbourg

Le  bâtiment du Parlement Européen se dresse devant nous. Tout en béton et verre. Magnifique.

Nos benjamines Emilie et Fabienne sont un peu intimidées. Nous entrons, accueillis par Bénédicte Vogel, assistante parlementaire locale d’Edouard Martin.  C’est elle qui va nous décrire le travail parlementaire des eurodéputés et le fonctionnement de la « vieille dame » C’est elle aussi qui nous a aidés à l’organisation de cette journée.

Elle nous guide. Des couloirs, des escaliers, des plantes, de l’ardoise, l’entrée des officiels avec son tapis rouge……….. Et des groupes qui se croisent.

« C’est du Hongrois ! » Gérard a reconnu la langue de ce groupe. « Et là ce sont des Italiens ! Ils sont nombreux ! » Cette langue-là nous sommes plusieurs à la reconnaître. Nos parents et grands-parents la parlait.

Maintenant nous nous rendons dans le saint des saints, l’amphithéâtre impressionnant et majestueux, où se déroulent les votes du Parlement. Tous les députés sont là. Et à la tribune s’exprime Ban-ki-Mon, le Secrétaire Général de l’ONU ! Après le vote de la résolution          arrive Ségolène Royal, représentant la France.

Lumières vertes ou rouges, bras levés…. les votes se poursuivent, réguliers et rigoureux.

Grâce aux documents qui nous on été remis à l’entrée de la salle, nous suivons les votes et essayons de repérer les eurodéputés français.

Les votes s’achèvent. La salle se vide. Edouard Martin vient à notre rencontre.

Il est l’heure du déjeuner que nous avons pris sur place.

Quelle belle journée et quelle belle expérience.

Merci Edouard, merci Bénédicte.