Archives de catégorie : En Bref !

Pérenniser les métaux de base, suffit pas d’en parler !

pérenniser

 

En novembre 2014, j’ai été nommé rapporteur pour travailler sur les conditions nécessaires à pérenniser et développer l’industrie de la production des métaux de base (acier, cuivre, zinc, aluminium, …). Avec mon équipe, nous avons fait le choix du terrain. Il n’était pas envisageable de rédiger un rapport depuis un bureau comme c’est trop souvent le cas.

Nous avons ciblé des pays et des entreprises qui font sens dans la compréhension d’un secteur industriel fortement concurrencé avec un risque fuite carbone trop élevé.

Au gré de nos visites (cf : photos), nous avons été confrontés aux mêmes reproches : l’Europe n’a pas de politique industrielle et ne la défend pas.

Les enjeux tels que le prix de l’énergie et le système d’échange de quotas CO2 ont été souvent décriés par les acteurs locaux.

La péréquation reste d’autant plus compliquée à résoudre que la société civile n’est plus prête à accepter sur leur territoire une industrie fortement polluante et ILVA en est la parfaite illustration. Malgré les 16.000 postes de travail (directs et indirects) dans l’usine de Tarente, une bonne partie de la population exige sa fermeture pour motifs (réels) de pollution.

C’est l’Etat italien qui a repris les mêmes pour répondre aux défaillances de l’actionnaire RIVA.

Face à cet enjeu environnemental qu’il nous faut relever, nous nous opposons aux lobbyistes de tous poils qui prônent une politique du « laisser-faire » en exigeant de l’U.E. des droits à polluer ad vitam aeternam pour faire face à la concurrence chinoise notamment. Il est vrai que l’Union Européenne n’impose pas les mêmes contraintes aux autres industriels basés hors Europe, d’où le risque de voir s’accentuer les délocalisations de productions de métaux (appelé fuite de carbone).

Pourtant il est possible de pérenniser ce secteur industriel à condition de faire les bons choix en dehors de toute pression partisane.

L’Union Européenne doit imposer ses normes sociales, fiscales et environnementales. Non pas dans l’idée de faire de l’Europe un bunker mais dans la volonté de mettre tout le monde sur un même pied d’égalité.

Instaurer un ajustement CO² aux frontières de l’Europe pour empêcher une concurrence déloyale est une idée largement partagée par tous les acteurs locaux (entreprises, syndicats, élus, ONG). Permettre des contrats d’électricité long terme pour éviter une explosion des tarifs et aider les industriels à avoir de la visibilité est aussi une piste intéressante à creuser.

Le développement et l’organisation de l’économie circulaire à travers le tri et le collectage des ferrailles (matière première indispensable) doit être encouragé.

S’interroger sur les nouveaux modes de gouvernance d’entreprise à travers une participation publique est une idée qui a fait ses preuves (Allemagne et Italie).

Ces quelques pistes de réflexion feront partie de mon rapport d’initiative intitulé « développement durable de la production des métaux de base » et sera présenté aux autres partis politiques le 18 mai prochain.

Le débat ne fait que commencer et nous verrons bien à ce moment-là qui défend vraiment l’industrie européenne. Le temps est venu de peser des actes.