Barrages : « Les grands perdants risquent d’être les utilisateurs »

Article de Pierre GUSZ paru dans le Journal l’Alsace le 15/06/2018.

 

L’ancien syndicaliste et député européen Édouard Martin a visité mercredi la centrale hydroélectrique de Kembs avant de rencontrer les élus syndicaux, inquiets de l’ouverture à la concurrence des barrages hydrauliques français.

Réunis mercredi en intersyndicale, les élus syndicaux de la centrale de Kembs, échangeant ici avec Édouard Martin, ont eu le sentiment que le député européen avait compris « les enjeux et les craintes » liés à l’ouverture de la concurrence. ©Photo L’Alsace/ Pierre Gusz

Bluffé. Édouard Martin a choisi mercredi soir ce terme pour décrire sa visite de la centrale hydroélectrique de Kembs. « Nous ne sommes pas au bord de n’importe quel fleuve. Le Rhin, c’est l’un des plus grands d’Europe, avec un débit extraordinaire. Il faut gérer le niveau d’eau, être attentif à la navigation… En amont, si le travail est mal fait, en aval, une ville comme Bâle peut être entièrement inondée » , observe l’ancien syndicaliste, découvrant le multi-usage de l’eau. « En discutant avec les opérateurs, j’ai pu me rendre compte que leur priorité, c’est de gérer le niveau du fleuve, les crues, la navigation. Et, dans un deuxième temps seulement, la production d’énergie. »

EDF hors course pour les futures concessions

Sa visite à Kembs semble couler de source, suite à la mise en demeure adressée en 2015 par la Commission européenne à la France sur l’ouverture à la concurrence des concessions hydroélectriques. Une mise en demeure vue par les élus syndicaux de la centrale, réunis mercredi en intersyndicale, comme « dangereuse et obsolète »  : « La France est aujourd’hui le seul pays contraint à l’ouverture de la concurrence , rappellent-ils. En multipliant les acteurs, elle fait courir le risque de désoptimiser le système électrique et met en péril la sûreté des aménagements et la sécurité des biens et des personnes. » Avec, à la clé, le « risque inhérent de nuire à toute la filière hydraulique française, mais aussi aux nombreuses petites et moyennes entreprises investies dans les énergies renouvelables ».

 « Les grands perdants dans cette affaire risquent d’être les utilisateurs » , renchérit Édouard Martin, conscient du fragile équilibre d’un « ensemble de barrages homogène ». Mais jusqu’à quand ? «  Est-ce qu’un producteur d’énergie privé aura les mêmes intérêts, la même attention face à la nature et à l’environnement ? L’énergie sera un produit comme un autre et le but sera de faire un maximum de fric le plus rapidement possible. Il y aura un cahier des charges, mais on connaît le poids des lobbyistes » , déplore le député européen, avec son franc-parler habituel.

L’homme relève une autre « absurdité »  : « à la fin d’une concession, l’État français interdit à EDF de candidater pour reprendre sa concession ». « Même si c’est la meilleure offre qui est proposée » , ajoute Thierry Triboulet, délégué syndical CFDT, qui regrette, tout comme les autres élus syndicaux, la « position très libérale du gouvernement » sur ce dossier.

« Mettre la pression sur la Commission européenne »

La centrale de Kembs (23 salariés) ne serait pourtant pas la première concernée, le renouvellement de sa concession avec EDF jusqu’en 2045, l’une des dernières pilotées par l’État avant l’ouverture à la concurrence, ayant été acté à la fin des années 2000. Contrairement à d’autres barrages haut-rhinois (puis bas-rhinois) comme Fessenheim, Vogelgrun ou Ottmarsheim, dont la concession s’achèvera en 2028. « S’il y a une mise en concurrence, cela entraînera une diminution d’effectifs » , craignent encore les syndicats, qui espèrent que la venue d’Édouard Martin « fera réagir les autres députés européens ».

Ce dernier n’a pas fait de promesses en l’air. « Sur cette affaire-là, les dés sont jetés. Le pouvoir que nous avons, c’est de mettre la pression sur la Commission européenne, en attirant son attention sur le fait qu’un barrage hydraulique, ce n’est pas qu’un outil de production d’énergie. On ne vend pas l’énergie produite ici comme on vendrait des cacahuètes ou des pommes ! »

Le député européen est en tout cas reparti de Kembs avec deux idées en tête : refaire une note à Jean-Claude Juncker et Margrethe Vestager, respectivement président de la Commission européenne et commissaire européenne à la concurrence, et revenir en Alsace pour une nouvelle visite, en compagnie d’autres députés.