Conflit Israëlo-Palestinien, la paix ne sera pas possible sans l’appui international.

En visite dans les territoires occupés, les 17 – 18 et 19 mars 2015 j’ai rencontré plusieurs acteurs qui ont témoigné de leur quotidien dans une ambiance plus que tendue.

Elle l’était d’autant plus qu’au lendemain des résultats électoraux, les israéliens avaient placé Benjamin Netanyahu premier des suffrages exprimés. Pour les palestiniens les dés sont jetés, Israël ne veut pas d’un Etat Palestinien. Cette inquiétude se fonde sur les déclarations du Premier Ministre qui, la veille du scrutin, déclarait : « Si je suis élu, il n’y aura pas d’Etat Palestinien. » Aux yeux des palestiniens, Benjamin Netanyahu enterrait publiquement et à la face du monde le processus de paix.

Ce qui faisait dire aux différents interlocuteurs que les palestiniens ne peuvent plus attendre le réveil de conscience du peuple israélien. L’appui international, et surtout celui de l’Europe, est indispensable. Ce peuple espère encore, il veut croire en une solution diplomatique mais le temps presse. Cela fait 70 ans qu’il attend des résultats, il n’attendra pas 70 ans de plus.

Les palestiniens veulent prendre leur destin en main, maintenant. Ne plus attendre. Ils n’en peuvent plus d’attendre qu’Israël cesse de piller leur ressources naturelles et financières (blocus des finances palestiniennes). De voir les colonies illégales se propager de jour en jour et gaspiller toujours un peu plus les territoires palestiniens. Ils n’en peuvent plus des check-point tenus par des soldats qui ne respectent rien ni personne et où la violence fait partie de leurs attributs. D’assister, impuissants, à la mort de patients dans les hôpitaux israéliens faute de moyens pour payer des soins.

Ils ne supportent plus les incursions des policiers israéliens en Cisjordanie (Ramallah) alors qu’ils n’ont aucun droit. Ils sont meurtris par les destructions à répétition de Gaza avec ses militaires de victimes dont beaucoup d’enfants. Ils pleurent de désespoir et de colère de voir Jérusalem Est vidé de ses habitants par la force et les expulsions agressives et non fondées. Le tout sur un discours très agressif de Benjamin Netanyahu qui parle de « stériliser les routes palestiniennes ».

L’Europe doit agir !

L’union européenne doit sortir des discours incantatoires et poser des actes. D’autant que l’ensemble des partenaires palestiniens rencontrés (des ONG aux autorités palestiniennes en passant par l’OLP) souhaite que l’U.E. joue un rôle important dans les négociations de paix.

Martin Schulz, François Hollande et Angela Merkel ont joué un rôle important en Ukraine, pourquoi ne pourraient-ils pas faire de même pour la Palestine ?

Le Parlement Européen pourrait, à travers une résolution, forcer la main à la Commission et au Conseil pour lancer une enquête sur le respect de l’Accord d’Association avec Israël, par exemple. C’est un moyen qui peut s’avérer efficace pour obliger Benjamin Netanyahu à rouvrir des négociations de paix lorsque l’on sait que l’U.E. est le premier partenaire commercial d’Israël. Mais pour cela, il faudrait une volonté politique de la faire, un certain courage même, une soif de paix.

De l’avis de tous ces palestiniens rencontrés, Israël essaie de transformer ce conflit en conflit religieux alors qu’il n’en est rien. Si tel était le cas, Benjamin Netanyahu devra en assumer toute la responsabilité. L’Europe aussi ? A suivre…